Le suivi des locataires: Les bonnes pratiques

13195153284_fc6b0d84f4_zm

Quand on achète un immeuble à revenu, on a souvent l’idée qu’il s’agit d’un investissement passif (qui rapporte des revenus sans nécessiter de travail). Il s’agit d’un piège dans lequel il ne faut pas tomber. Laisser aller les choses avec les locataires peut rapidement causer des problèmes. Il existe pourtant de bonnes pratiques à mettre en place pour sauver du temps et réduire les risques

Créer de bonnes habitudes

La majorité du temps, les locataires sont en retard par négligence plutôt que par manque d’argent. Il est donc recommandé de mettre en place des communications serrées pour instaurer une discipline et faire comprendre le sérieux de l’échéance de paiement. Après tout, si on autorise le locataire de payer le 3 par exemple, il en prendra l’habitude et ne sera pas gêné de recommencer. Voici donc un petit guide qui décrit la séquence idéale de communication à avoir avec son locataire

Trois jours avant le paiement du loyer: Avis de courtoisie

Une bonne pratique est l’avis de courtoisie. En effet, vous pouvez avertir votre locataire quelques jours avant la fin du mois qu’il doit bientôt payer son loyer. Les locataires aux chèques postdatés s’assureront d’avoir des fonds dans leur compte et, d’expérience, les bons locataires iront jusqu’à payer en avance (dans le cas de virement bancaire).

Le jours du paiement: Confirmation de paiement

Il est important de remettre des confirmations de paiement. Cette habitude vous permet principalement de garder une trace écrite du jour de paiement. Ainsi, s’il y a des retards fréquents, vous gardez un historique précis et le locataire comprendra les risques auxquels il s’expose s’il ne fait pas preuve de discipline.

Trois jours après l’échéance: Avis de retard

Il faut faire comprendre au locataire quand il est en retard. Il doit voir le suivi serré que vous faites. Le premier avis de retard peut être fait par courriel ou courrier.

Dix jours après l’échéance: Avis de retard sérieux

À ce stade de retard, le locataire doit voir une escalade dans les modes de communication. Il est recommandé de faire des appels téléphoniques. Par la suite, à chaque jour, il est important de faire un nouvel appel.

Pour un exemple d’appel de retard : Fonctionnalité de gestion des retard Loyer Express

Quinze jours après l’échéance: Mise en demeure

La mise en demeure est une lettre qui ordonne officiellement au destinataire d’exécuter formellement une obligation qui lui est échue. Avec un langage légal, le locataire a de la pression et s’exécute la majorité du temps

Vingt et un jours après l’échéance: La régie du logement

Il s’agit du dernier recours. Après 21 jours, vous pouvez emtammer les démarches pour résilier le bail et évincer le locataire. Pour se faire, il faut faire une demande officiel à la régie du logement afin d’avoir une date de passage devant le tribunal. Il faut ensuite en informer le locataire. Une fois présent lors de votre convocation, vous devez expliquer la situation au regisseur qui prendra une décision. Vous pouvez vous faire accompagner par des experts afin qu’ils prennent en charge le processus et vous donnent des conseils. Dans tous les cas, afin d’être pleinement préparé, vous devez garder en archive l’ensemble des activités que vous avez fait. Notez la date de l’ensemble des communications, que ce soit les avis de courtoisie ou de retard.

Tous ces suivis peuvent sembler lourds et fastidieux, mais c’est la meilleure façon de minimiser les mauvais payeurs et les retards. Par chance, que vous soyez propriétaire occupant ou que vous gériez d’un large parc immobilier, il existe des solutions qui simplifient la collecte de vos loyers tous en réduisant le temps passé au recouvrement. Si jamais vous en cherchez, n’hésitez pas à nous contacter!

Contact : https://loyer-express.ca/contactez-nous/

Par